Cazaux Rotorflex

Une technologie d'entraînement intégrée haute fiabilité pour les pompes à vin

La tradition de la viticulture dans le Bordelais remonte au premier siècle avant Jésus-Christ, à l'époque du peuplement celtique de Burdigala, l'ancêtre de Bordeaux. Aujourd'hui, cette région est la plus grande zone de production contiguë de vins certifiés AOC/AOP. Plus de 3 000 vignobles dénommés « châteaux » y cultivent principalement du Cabernet-Sauvignon, du Merlot et du Cabernet franc. Outre le cru et le terroir (vignes, état du sol et situation géographique), l'élevage, terme général désignant les soins apportés au produit au fur et à mesure de son vieillissement en cave, joue un rôle essentiel dans l'obtention d'un vin de Bordeaux de qualité. En affinant leurs assemblages, les viticulteurs créent le caractère unique de chaque vin ; une tradition séculaire. De nos jours, le processus s'appuie largement sur des technologies modernes à chaque étape.

Tradition et terroir

Situé à proximité de Saint-Émilion, le Château Haut-Sarpe est géré par la famille Janoueix depuis 1934. L'histoire de ce domaine est haute en couleur. L'exploitation a été créée sur ordre du comte Jacques Amédée de Carles, général sous Napoléon Bonaparte. Elle se trouve au milieu de 21 hectares de vignes. Cultivé sur un sol argilocalcaire, son raisin devient le Château Haut-Sarpe, Saint-Émilion grand cru classé, après 15 mois d'élevage. Dans deux grandes caves de stockage, plus de cent barriques offrent constamment la capacité suffisante pour que deux millésimes puissent vieillir à la perfection. « Un vin comme celui-ci doit exprimer le caractère complexe de son terroir », explique Didier Beillon, directeur technique chez Haut-Sarpe. « Nous élaborons notre grand cru classé à partir des cépages Merlot et Cabernet franc. Le Merlot est la base qui donne au vin un corps plein. Le Cabernet franc donne quant à lui de l'élégance à l'assemblage. »

La macération et la fermentation s'effectuent dans de grandes cuves en béton d'une contenance d'environ 10 000 litres. Le vin est ensuite placé en barrique (un petit fût de chêne), où il vieillit pendant 12 à 15 mois. Une barrique contient 225 litres. Dans un récipient relativement petit comme celui-ci, une quantité modérée de vin est en contact avec une surface en bois plus grande en comparaison. Le liquide absorbe donc une grande partie des tanins du chêne, ce qui lui donne une note épicée. « Une barrique ne peut être utilisée que pour deux millésimes au maximum, car le bois ne libère pratiquement plus de tanins après », explique M. Beillon.

Transfert par pompe

Dans la cave à vin, les raisins récoltés à la main, triés et égrappés, sont d'abord pressés pour ouvrir leur peau et mettre le jus en contact avec la levure. Cela déclenche la fermentation alcoolique et libère les tanins, pigments, vitamines, enzymes et minéraux contenus dans la peau du raisin. Le moût est ensuite pompé dans des cuves en béton aux parois massives qui assurent des températures très stables. C'est là qu'interviennent les processus de fermentation et de macération : le fructose est transformé en alcool. Le dioxyde de carbone libéré fait remonter la lie à la surface. Plus le moût reste longtemps dans les cuves, plus le produit final sera riche en couleur et en tanin.

Le jus de raisin est pompé dans des barriques pour l'élevage (la maturation) du grand cru classé. Les solides en suspension encore présents à ce stade contribuent au caractère raffiné du vin, en transmettant leurs arômes et leurs acides gras au liquide. Ces particules finissent par se déposer au fond de la barrique. Le vin est ensuite régulièrement clarifié par soutirage : il est placé dans de nouveaux fûts, ce qui permet d'éliminer à chaque étape une plus grande quantité de solides et de dépôts de levure indésirables. Au bout de 15 mois environ, le vin est enfin propre et prêt à être mis en bouteille.

Un principe de pompage innovant

Du remplissage des cuves de fermentation à la filtration répétée du vin, les liquides sont pompés d'un récipient à l'autre à plusieurs reprises et dans de nombreuses textures différentes. Au début, le moût est très visqueux et parsemé de solides. Après la fermentation et pendant la clarification, le vin devient de plus en plus fluide. Les vignerons du château Haut-Sarpe cherchaient une pompe adaptée à ces différentes opérations. Ils l'ont trouvée avec la pompe à lobes de CAZAUX. Les pompes de la gamme LOB 300 peuvent être utilisées pour toutes les étapes, du pompage des raisins égrappés à la mise en bouteille du produit fini. Leurs pistons à double hélice brevetés assurent un débit puissant et régulier, même pour les matières très visqueuses contenant de grandes quantités de solides. Ces pompes à lobes sont la dernière innovation de CAZAUX, leader du secteur en France. Le fabricant propose de nombreuses pompes pour la vinification, de différentes tailles, par exemple les modèles à vitesse lente Œnoflex ou ceux à double piston rotatif excentré superposé Doublexc. L'entreprise propose en outre des pompes centrifuges auto-amorçantes et réversibles, à vis excentrée et Rotorflex. CAZAUX équipe tous ces différents types de pompes avec les systèmes d'entraînement robustes et compacts de NORD. Offrant une large plage de performances, ces entraînements peuvent être directement raccordés aux pompes. Les unités d'entraînement intégrées comportent un variateur de fréquence monté directement sur un motoréducteur. Très compactes, elles sont également plus légères et économiques que les solutions d'entraînement comparables sur ce segment de marché.

Une demande internationale

Yves Le Guillou, propriétaire et gérant de CAZAUX, déclare : « Aujourd'hui, nous exportons la majorité de nos pompes, soit environ 70 % de la production totale. Elles sont principalement expédiées en Italie, en Espagne et en Amérique du Sud, mais aussi de plus en plus en Chine, où la production de vin continue de se développer. Nos machines ont une durée de vie de 30 ans. Cette durabilité exceptionnelle joue un rôle considérable dans leur succès. Sur les 32 000 pompes à vin que nous avons livrées au fil des ans, environ 20 000 sont encore en service aujourd'hui. Les technologies d'entraînement NORD nous permettent de proposer différentes options pour le fonctionnement des pompes. Le débit, la pression et la vitesse peuvent être réglés avec précision via une télécommande, un potentiomètre ou un écran tactile. Cela facilite grandement le travail des viticulteurs, notamment lors de la réalisation d'assemblages de plusieurs cépages, une technique typique de la région bordelaise. La proportion exacte de chaque type de raisin peut être présélectionnée. La pompe s'arrête alors automatiquement lorsque le volume défini pour un cépage est atteint. Le débitmètre intégré permet un contrôle précis du volume, avec moins de 0,1 % d'écart. » Les pompes se caractérisent par une conception nécessitant très peu de maintenance. Les pièces usées peuvent être remplacées rapidement en quelques étapes simples, sans devoir démonter l'ensemble de l'appareil. « Les pompes à vin doivent surtout offrir une grande disponibilité, car les temps d'arrêt dus à une panne de l'équipement peuvent gravement perturber le processus de vinification, surtout dans les petits domaines. C'est pourquoi nous veillons à toujours garder en stock un large éventail de composants et de pièces de rechange. En outre, nos équipes de maintenance peuvent intervenir partout en Europe sous 48 heures », poursuit M. Le Guillou.

Des systèmes d'entraînement fiables

Depuis 2009, CAZAUX s'approvisionne chez NORD DRIVESYSTEMS pour les technologies d'entraînement électrique. « Nous avons contacté NORD France, car nous n'étions plus satisfaits de la fiabilité des entraînements du précédent fournisseur », explique M. Le Guillou. Aujourd'hui, CAZAUX achète près de 400 entraînements NORD par an. En 2016, ce chiffre comprenait 230 variateurs de fréquence. Outre leur fiabilité, CAZAUX apprécie le design compact, le fonctionnement silencieux et la polyvalence fonctionnelle des produits NORD. Le carter en aluminium est un autre avantage non négligeable, car il confère robustesse et légèreté aux motoréducteurs. Les pompes mobiles devant être faciles à déplacer, la légèreté est primordiale. « Au départ, les pompes à vin étaient une application nouvelle pour nous », explique le directeur régional des ventes de NORD pour le sud-ouest de la France. « Jusque-là, la plupart de nos clients achetaient des entraînements destinés à des convoyeurs. Nous n'avions toutefois aucun doute concernant la capacité de nos variateurs de fréquence NORDAC FLEX à fonctionner parfaitement avec des pompes à vin. En effet, nous améliorons constamment nos produits, en collaborant étroitement avec les fabricants de machines et les utilisateurs finaux pour intégrer toutes les fonctions dont ils ont besoin. »

Des performances élevées à faible vitesse

Les variateurs de fréquence NORDAC FLEX offrent un contrôle de grande précision, même à faible vitesse. Ils évitent ainsi de manière fiable les turbulences excessives qui pourraient nuire à la qualité du vin. Les systèmes d'entraînement permettent une régulation très fine du débit, et facilitent les mesures des capteurs de densité, de température et de volume. Le variateur est doté de capacités de démarrage et de freinage en douceur, d'un contrôle autonome de la vitesse pour atteindre des plages de pression prédéfinies et d'une protection efficace contre le fonctionnement à sec. « Le fonctionnement simple et précis permet de pomper le volume souhaité dans les cuves ou les barriques à la pression requise », explique M. Beillon. Les entraînements permettent également d'inverser facilement le sens du débit. Ils sont disponibles dans des puissances de 0,25 à 22 kW. Le niveau de bruit modéré est également très appréciable, surtout lors des pics d'utilisation, lorsque les pompes fonctionnent en continu.

Un seul système d'entraînement pour toutes les opérations de pompage

Didier Beillon résume les critères essentiels pour les pompes à vin : « Le vin étant un produit délicat, il faut le pomper le plus doucement possible. Dans le même temps, des débits élevés et uniformes sont nécessaires pour assurer un traitement ultérieur régulier des produits intermédiaires, très visqueux. » Avec son principe de fabrication innovant, la pompe à lobes remplit l'ensemble de ces critères. Elle permet d'effectuer toutes les opérations de pompage nécessaires dans une cave à vin. Adapté à des distances de pompage allant jusqu'à 80 mètres, son puissant entraînement permet de remplir une barrique en deux ou trois minutes.